Derrière Eh Che... Qué mate

"Tout tourne autour du maté"


Hola a todos! 👋 Je m'appelle Anto, je suis argentine 🇦🇷, j'ai posé mes valises en France durant la fraîcheur du mois de décembre 2017. Être loin de mon pays, de mes amis et surtout de ma famille m'a fait considérer avec un brin de nostalgie tous les petits rituels du quotidien. Partager un maté en vivant à plus de 10.000 km de mon pays d'origine pourrait ne plus sembler aussi naturel. Le simple geste de "cebar un mate" est ancré en moi, quelque chose que j'estime comme une chance de pouvoir toujours faire. Gratitude.


Pour la grande majorité des argentins dont je fais partie, le maté est un élément central, un véritable pilier dans nos vies. C'est parce qu'il renvoie à des moments, aussi intenses que futiles, que nous avons pour habitude de dire que "tout tourne autour du maté".


Sentimentalement attachée à la coutume Rioplatense, j'ai l'humble ambition de partager et de communier autour des richesses et valeurs de mon Argentine chérie.


Mon vœu est que vous puissiez rencontrer, ici, non seulement les produits nécessaires pour préparer un bon maté, mais aussi tous les secrets de l'une de nos plus belles traditions, pour découvrir en profondeur le rituel "matero".


Pour ces années d'études durant lesquelles ma maman me concoctait quelques matés pour me tenir compagnie.


Pour ces conversations, ces rires et ces larmes au petit matin ou le soir tombé avec mes ami(e)s.


Pour ces heures de travail rendues plus légères par la simple présence d'un maté.


Gracias mate querido 🧉💚


derriere eh che que mate

Il y a quelques années, le célèbre journaliste argentin Lalo Mir, dédia quelques lignes au maté. "Un mate y un amor" est une ode à notre relation si particulière avec cette coutume. En voici un extrait.

"Le maté n'est pas une boisson. Enfin, oui. C'est un liquide qui entre par la bouche. Mais ce n'est pas une boisson. Dans ce pays, personne ne boit de maté parce qu'il a soif. C'est plutôt une habitude, comme se gratter.

Le maté est exactement le contraire de la télévision: il te fait converser si tu es avec quelqu'un et te fait réfléchir si tu es seul.

Lorsque quelqu'un vient chez toi, la première phrase est "hola" et la seconde "¿unos mates?".

Cela arrive dans tous les foyers, que l'on soit riche ou pauvre.

Cela arrive entre femmes bavardes et commères, entre hommes sérieux ou immatures.

Cela arrive entre personnes âgées d'une maison de retraite et entre adolescents pendant qu'ils étudient.

C'est la seule chose que parents et enfants partagent sans se disputer.

C'est la seule chose qui nous fait nous ressembler aux victimes et aux bourreaux ; aux bons et aux mauvais.

Quand tu as un enfant, tu commences à lui donner un maté lorsqu’il te le réclame.

Si tu lui donnes tiède et bien sucré, il se sentira comme un grand.

Tu ressens une fierté énorme quand ta progéniture commence à boire le maté.

Ton cœur bat la chamade.

Au fil des ans, eux choisiront de le boire amer, sucré, très chaud, ou en tereré.

Avec de la peau d’orange, un mélange d’herbes ou quelques goutes de citron.

Lorsque tu rencontres quelqu’un, tu lui proposes de partager un maté.

Quand la confiance n’est pas encore établie, les gens demandent : "sucré ou amer ?". L'autre répondra : "comme tu le bois toi".

Les claviers argentins ont les lettres remplies de yerba.

La yerba est la seule chose présente dans toutes les maisons. Toujours. Avec l'inflation, avec la faim, avec les militaires, avec la démocratie, avec n'importe laquelle de nos pestes et de nos malédictions éternelles.

Et si un jour il n'y a pas de yerba, un voisin t’en apporte. La yerba ne se refuse à personne.

C'est le seul pays au monde où la décision de cesser d'être un enfant et de devenir un homme se fait un jour particulier. Il n’est pas question de pantalons longs, de circoncision, d'université ou de vivre loin des parents.

Ici nous commençons à devenir grand le jour où le besoin de boire quelques matés tout seuls se fait sentir pour la première fois. Ce n'est pas un hasard.

Le jour où un enfant met la bouilloire sur le feu l'eau à chauffer et boit son premier maté sans que personne ne soit présent à la maison, à cet instant, il découvre qu'il a une âme. Soit il est mort de peur, soit il meurt d'amour, mais pour lui ce n'est pas un jour quelconque. (...)"

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,